Forum d'échange d'information a propos de l'autisme et des TED.

Forum destiné à diffuser de l'information à propos de l'autisme et l'actualité des Associations
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cocoon for neurodiversity



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/11/2007

MessageSujet: Vers une approche révolutionnaire de l’autisme   Dim 4 Nov - 6:05

Bonjour,

Voici un extrait de notre théorie sur l'autisme et les liens très étroits qui le lie au surdouement. D'autres articles sont visibles sur notre blog http://cocoonforneurodiversity.blogspot.com

Merci pour vos réactions.

Vers une approche révolutionnaire de l’autisme

Source de nombreux questionnements et mystère quasi total de la science, l’univers autistique a fait couler beaucoup d’encre ces 100 dernières années. Les théories et les solutions se sont succédées, parfois habiles, souvent erronées, la plupart du temps odieuses.

Un grand coup dans cette fourmilière vient d’être lancé ! Voir enfin ces personnes reconnues pour ce qu’elles sont est notre recherche et notre crédo depuis des années ! Finalement, pourquoi ces personnes sont-elles murées dans un silence que personne ne comprend ! Pourquoi sont-elles affectées de tics et de langages corporels qui ne nous correspondent pas ? Tout et son contraire a déjà été dit, peu de choses ont bougé, nous prenons donc le temps d’ammener ici une nouvelle piste longuement réflèchie.

L’énigme de l’autisme reposera probablement à l’avenir sur la formulation suivante : les personnes autistes sont tout simplement des surdoués(1) en souffrance. Au delà d’un certain seuil, le décalage entre eux et les personnes normalement intelligentes devient tellement insupportable et trop difficile à gérer intérieurement, qu’ils finissent par se braquer dans un mutisme, seul refuge pour ne plus être en confrontation directe avec les autres. Elles ont une intelligence qui nous dépasse pour la plupart tant elle est liée à un affect, une sensibilité décuplée. Plus le décalage sensitif sera grand avec son entourage, plus la personne dite autiste (c’est un terme qui fera d’ailleurs bientôt partie du passé) sera mue dans un silence et dans un univers que l’extérieur jugera anormal - c’est bien évidemment à tort que la plupart voit cette différence comme une déficience intellectuelle-. Partant de ce principe, moins les écarts communicationnels seront grands, plus la personne autiste aura la possibilité de faire ressortir sa surdouance affective et la partager. Des cas apparaissent de nos jours où l’enfant autiste profond peut, grâce au contact renouvelé de se proches, sortir de ce mutisme pour accéder en toute confiance au monde extérieur.

Le spectre de l’autisme et des troubles envahissants du comportement ont génère jusque ici toutes sortes d’hypothèses cherchant trop souvent des thérapies ou des remèdes inappropriés. Les chercheurs qui se sont penché sur ce sujet important n’avait jusque là pas pris en compte que l’autisme n’était pas une maladie et qu’il n’y avait donc pas de cure possible.

Au vu de l’évolution des recherches maintenant nombreuses émanant de scientifiques ou de proches d’enfants autistes, il semble bien que les solutions s’avèrent à la fois bien plus simple mais probablement plus difficiles à admettre.

La révolution qui devra se faire est de comprendre que les solutions doivent être beaucoup moins médicalisées chimiquement et beaucoup plus axées sur l’émotionnel que celles appliquées jusqu’à présent.

Cette approche du domaine autistique nécessite bien évidemment une compréhension différente et une ouverture d’esprit totale à ses caractéristiques affectives. Pour des raisons par ailleurs bien compréhensible d’avoir à gérer la culpabilité de n’avoir pas vu ou compris plus tôt, les proches d’autistes, à l’heure actuelle, acceptent assez mal de regarder dans cette voie. De plus ils n’ont pas toujours les outils affectifs capables de sortir leurs proches de ce décalage vu qu’eux-mêmes ne font pas partie de cette norme de douance là. L’exercice est donc souvent périlleux, voire même souvent douloureux...mais nécessaire. Pour en avoir fait l’expérience personnelement, il me paraît, après de longues années d’essais, indispensable.

A long terme, les personnes douées d’une telle intelligence feront sûrement évoluer le reste du monde si chacun veut bien prendre le courage de s’atteler à cet effort nouveau de communication. Nous ne pensons pas faire preuve d’utopisme en pensant que ces personnes ont un grand rôle à jouer pour l’avenir de la planète. Leur regard sur le monde est infiniment détaillé et honnète…

Le cas de Barbara Donville (2) et de son enfant sorti de l’autisme est à ce titre exemplaire. Elle n’est pas la seule. Nous en connaissons d’autres, à commencer par notre propre expérience familiale, qui ont eu une évolution certes difficile mais qui ont réussi à grandir et vivre moins douloureusement, à exister de plus en plus dans leur réalité, en communication possible avec les non-autistes ! Certains de ces êtres qui, durant l’enfance, à des degrés divers, se sont renfermés sur eux même en se tapant la tête contre les murs pour appeler « au secours » ont réussi à passer le cap. Parce qu’après de longues années de dialogues permanent de la part des proches pour tenter de suivre comment ils fonctionnaient, ces enfants se sont sentis enfin un peu mieux compris dans leur différence et ont pu calmer leur émotionnel car une compréhension mutuelle s’installait. Ils ont pu alors, enfin, s’épanouir peu à peu dans le monde des neurotypiques. Les personnes qui avaient fait l’effort de les comprendre en sont d’ailleurs sorti grandi, gagnant chaque jour plus leur confiance et pouvant désormais voir le monde eux aussi sous un autre regard.

La clef d’or du spectre autistique est donc de les accepter tels qu’ils sont, de les emmener vers une vie d’autiste réussie et non vers une vie de non-autiste ratée. Accepter cette phrase, c’est les accepter eux, avec leur niveau d’intelligence accru et comme unique sortie de secours pour les voir enfin épanoui.

En signe d’encouragement et de conclusion, il faut ajouter que les personnes qui ont approchés ces êtres si particuliers ont eu tellement à travailler sur eux-mêmes, sur leurs façons d’appréhender un nouveau mode de communication, une nouvelle approche de l’humain et du monde, pour s’approcher de ces intellects différents et si sensibles, qu’elles en sont sorties grandies, plus conscientes et capables d’avoir un regard et une approche du monde résolument généreuse et éclairée.

(1) le terme surdouance est entendu ici comme étant encore actuellement une tare sociale et non un superpouvoir digne de figurer dans une émisssion de télé à sensation.
(2) à lire : Vaincre l’autisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vers une approche révolutionnaire de l’autisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le syndrome d’Asperger et l’autisme de haut niveau - approche comportementaliste - Tony Attwood
» Les huit marches vers le bonheur de Bhante Henepola Gunaratana
» faut il se tourner vers la MECQUE ?
» au coeur du cerveau de l'autisme TSR
» Porte vers l'au-delà ?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'échange d'information a propos de l'autisme et des TED. :: les associations :: Associations presentez vous !!!-
Sauter vers: